Logo de l'organisme de formation

Chargés d'opération > Rénovation performante

Formation Intra Entreprise

Formation présentielle
14 heures (2 jours)
Prix sur devis Nous contacter
Représentation de la formation : Chargés d'opération > Rénovation performante
Formation créée le 12/10/2020. Dernière mise à jour le 21/01/2021

Programme de la formation

Objectifs de la formation

Contenu de la formation

  • L’enveloppe isolante
    • R, U, Uw, Ud, les unités et grandeurs physiques, quelques bases théoriques
    • La nécessité de la continuité de l’enveloppe / les ponts thermiques.
    • Mettre en évidence l’importance de coupes à différents endroits pour ne pas oublier des ponts thermiques (en lien avec la vue de façade, décroché, chien assis etc).
    • Propositions de traitement des ponts thermiques, préparer des schémas de détail pour montrer l’importance d’un carnet de détails. Menuiseries : notion d’émissivité, paroi froide, dessins de détail des coffres de VR, ébrasements… faire le lien avec la continuité isolante et le risque de pont thermique
    • Cas des bâtiments secondaires des cités minières : beaucoup de cloisons dans un espace restreint donc isolation intérieure discontinue et peu épaisse.
    • Réflexions -> restructurer les cloisons en isolant avant de les poser ou ITE.
    • Notion d’inertie, déphasage thermique, lien avec la densité des matériaux
    • Eco-matériaux. Notions d’éco-matériau, matériau biosourcé, matériau recyclé…
  • L’étanchéité à l’air
    • Fuite d’air = perte de chaleur, source d’inconfort, courant d’air, paroi froide -> surconsommation de chauffage (diagramme de confort) + risque de transfert d’humidité à travers les isolants.
    • Présenter des simulations de consommation de chauffage pour différentes valeurs d’étanchéité à l’air.
    • Replacer les ordres de grandeur : à quoi correspond la pression exercée en Q4 (comparaison avec une force de vent pour rendre facile à interpréter) par rapport au N50 -> comprendre que viser 1m3/h.m² n’est pas un bon résultat (donner la comparaison avec une surface de « trou »).
    • Présentation rapide du déroulement d’un test d’infiltrométrie
    • Présentation de solutions existantes (membranes, enduits, adhésifs, détails menuiseries, réseaux, VMC…) -> kraft sur la LV n’est pas une membrane !
    • Lister les principales sources de fuites dans les réhabilitations de maisons minières (REX)
    • En écho aux 2 points précédents -> conception très importante mais aussi nécessité de bien suivre les points de vigilance sur chantier / encadrement de l’entreprise
    • FIT -> présentation rapide de la méthode et donner quelques REX (valeurs de tests avant / après FIT)
  • Humidité et vapeur d’eau
    • Connaitre les sources d’humidité (remontées, infiltration, vapeur d’eau, matériaux…)
    • Présenter les diagrammes de pression vapeur pour définir le point de rosée
    • Aborder les notions de Sd, μ, aborder la différence entre pare-vapeur, frein-vapeur, membrane hygrovariable
    • Règle des Sd décroissant (facteur 5) attention aux revêtements et aux traitements extérieurs (hydrofuge ou enduits !)
    • Position de la membrane : règle des 2/3 – 1/3
    • Savoir différencier les matériaux en fonction de leur régulation de l’humidité (laine de bois / laine de verre). Phénomènes d’absorption et séchage vers l’extérieur / capillarité.
    • Faire une simulation Uwert cas typique LV maçonnerie sans membrane puis même cas de figure avec membrane.
    • Exposer les limites de Uwert -> présentation rapide de WUFI
    • Présenter des schémas de systèmes constructifs de bonne pratique.
  • Ventilation
    • Principe de fonctionnement / balayage de l’air
    • Différents systèmes de ventilation (naturelle, SF, DF, extraction dans toutes les pièces…)
    • Les enjeux : humidité, impact sanitaire Attention aux mises en œuvre : les règles à respecter, les erreurs fréquentes en conduit souple, les risques associés
    • Les mesures de débit et pression aux bouches : un auto-contrôle nécessaire
  • Le confort d’été
    • Inertie et déphasage (lien avec la partie I)
    • Orientations / apports solaires
    • Protections solaires
    • Surventilation nocturne
    • Surtout besoin de sensibilisation des occupants
  • Le besoin de chauffage
    • Dimensionnement -> savoir comment sont censées travailler les entreprises / être capable de juger de la pertinence d’une proposition de dimensionnement
    • Tenir compte du régime de température et des surfaces d’échange (notamment chaudière à condensation) Attention au cas de figure récurrent où les radiateurs sont conservés mais la chaudière remplacée par une chaudière à condensation
    • Présenter quelques autres systèmes de production : bois, CESI, poêle hydro, chaudière électrique…
    • Présenter les différences de besoin de chauffage entre une étude règlementaire et un PHPP -> attention à la pertinence du besoin de l’étude thermique
    • Comprendre les bases théoriques de rendement, courbe de puissance, pertes (plus efficace à puissance nominale qu’en sous-régime)
    • Rappel : attention aux sources d’inconfort qui ne sont pas reprises dans les calculs du besoin de chauffage (paroi froide, courant d’air… qui poussent l’occupant à augmenter la consigne de chauffage).
  • L’étude thermique
    • Rappel RT et seuils CEE
    • Comprendre les données d’entrée et de sortie (connaissances de base U, R, Sw, Ψ, Cep…) savoir directement où trouver les données de sortie pour analyser rapidement dans un premier temps
    • Savoir lire une étude thermique dans le détail
    • Comprendre l’impact d’une mauvaise saisie
    • Savoir relever des erreurs
    • Lien étude thermique / CCTP
    • S’appuie sur les connaissances apportées dans les points précédents
    • Aborder les différences entre PHPP et méthode règlementaire
    • Apporter des pistes de réflexion pour que chacun comprenne que l’étude thermique n’est qu’une simulation théorique et parfois éloignée de la réalité
  • Les points de vigilance en réalisation
    • s’assurer de la cohérence conception/réalisation.
    • VMC : caisson à désolidariser de la charpente, étanchéité des jonctions conduits/caisson, bouches à 20cm des murs minimum, mesure des débits et pressions, attention aux gaines souples : 6ml maxi, nombre de coudes, point bas, risque de condensation… Cheminées : attention aux ponts thermiques créés par la circulation d’air extérieur dans le conduit.
    • Isolation des plafonds : veiller à ce qu’elle soit continue et collée au plafond pour éviter les circulations d’air entre le plafond et l’isolant
    • Etanchéité des percements d’isolation (ventouse chaudière) : éviter la circulation d’air extérieur entre l’isolant et le mur Vigilance sur la liste des points cruciaux pour l’étanchéité à l’air (rappel de la partie II) Attention à la continuité isolante et étanche aux nœuds constructifs (expl ébrasements menuiseries). Faire le lien carnet de détails / chantier
    • Utiliser l’auto-contrôle : ventilation, isolation…. Photos à l’appui Attention à la communication entre l’entreprise générale et les sous-traitants Exiger la réalisation d’un mode opératoire avant le démarrage des travaux et veiller à l’application du mode opératoire (notamment étanchéité à l’air)
    • Contrôler le dimensionnement des émetteurs et de la production de chauffage par rapport à la surface d’échange (note de dimensionnement de l’entreprise et cohérence entre les produits posés et le dimensionnement prévu)
    • Contrôle des isolants (nature et épaisseur)
    • Réaliser des tests thermographiques et d’infiltrométrie sur les premiers logements pour valider le mode opératoire ou le faire évoluer avant de livrer trop de logements.
Suivi de l'exécution et évaluation des résultats
  • Feuilles de présence.
  • Questions orales ou écrites (QCM).
  • Mises en situation.
  • Formulaires d'évaluation de la formation.
Ressources techniques et pédagogiques
  • Accueil des stagiaires dans une salle dédiée à la formation.
  • Documents supports de formation projetés.
  • Exposés théoriques
  • Etude de cas concrets
  • Quiz en salle
  • Mise à disposition en ligne de documents supports à la suite de la formation.